« Concurrence libre et non faussée » : terrible illustration !

Conséquence indirecte de l’effondrement économique du pays après six ans d’austérité, les jeunes femmes y seraient de plus en plus nombreuses à se prostituer pour à peine 2 euros, selon une étude publiée la semaine dernière à Athènes.

Voici le lien vers un article de Libération, montant à quel degré de misère les politiques européennes réduisent le peuple grec…

Et dire qu’en janvier, les électeurs de Syriza criaient : « Αξιοπρεπεία… Dignité ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *