Depuis sa prison, le message de Can Dündar à l’Humanité

Can Dündar - photo AP
Can Dündar – photo AP

 

Emprisonné par le régime turc depuis le 26 novembre, le rédacteur en chef du journal d’opposition Cumhuriyet écrit au journal L’Humanité depuis sa cellule

 

À l’Humanité.

Isolé dans ma cellule, en taule, je lis la biographie de Frédéric Joliot-Curie (physicien communiste – NDLR)… Il vivait dans les années où toute l’Europe faisait face au fascisme. En tant qu’homme de science, en tant qu’intellectuel, il avait écrit : « M’enfermer dans mon laboratoire a été toujours séduisant pour moi. Mais je me demandais en même temps, qui peut avoir intérêt à mes découvertes ? J’avais donc compris, en travaillant tranquillement dans mon coin, qu’il fallait que la science ne puisse pas servir des buts sales, les préparatifs de guerre, qu’il fallait qu’elle serve la paix. Dès lors, je devais être dans les rangs de ceux qui luttaient pour la paix (1). »

En fait, j’ai moi-même été parfois séduit par la pensée de m’enfermer dans ma bibliothèque afin de pouvoir écrire mes livres. Mais cette même prise de conscience qu’a eue Joliot-Curie nous a poussés, moi et mes collègues, vers la lutte dans les rangs démocrates.

Puis-je laisser mon pays entre les mains d’un régime totalitaire ?

Pouvons-nous nous enfermer dans nos bureaux, au lieu de travailler sur les dossiers sur lesquels nous avons enquêté, découvrant la corruption du pouvoir, la politique de guerre civile, le trafic d’armes ?

Parce que nous avons répondu « non » à cette option, et parce que nous avons poursuivi la voie de Frédéric Joliot-Curie, parce que nous avons pris le parti de la paix, parce que nous sommes contre le despotisme et sa censure, nous nous retrouvons en prison et isolés dans nos cellules.

Par la leçon et l’expérience françaises, nous savons très bien qui gagnera à la fin.

C’est pour cela que nous résistons avec ténacité et croyance.

Nous sommes solidaires de tous nos collègues qui, dans les différents coins du monde, luttent pour les mêmes causes.

Nous croyons que c’est cette solidarité qui peut libérer l’humanité de la haine, de l’oppression et de la guerre.

Lire sur le site de L’Humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *