Solidarité avec les huit de Goodyear

GoodyearAmiens-2-620x413En juin 2015, l’entreprise Goodyear a été condamnée à suspendre le démantèlement de l’usine d’Amiens-Nord car empêchant le projet de Scop monté par des salariés. La peine de ces actionnaires voyous ? 50 euros versés à chacun des 90 plaignants.

Ce 12 janvier, huit de ces anciens salariés ont été condamnés à 24 mois de prison dont neuf fermes pour avoir séquestré 30 heures leur patron afin de l’amener, justement, à renégocier le PSE. Du jamais vu pour une action aussi bénigne.

D’un côté donc, 4500 euros pour avoir fermé une usine rentable puis voulu casser l’outil industriel, de l’autre neuf mois de prison ferme pour avoir séquestré le patron coupable. Entre les deux, il y a une justice de classe et la volonté politique d’intimider les mouvements sociaux exactement comme à Air France. Dans les deux cas, le pouvoir politique est en cause puisque c’est le procureur de la République qui est à l’origine de la poursuite des ex-salariés de Goodyear.

Le PG affirme sa solidarité pleine et entière avec les huit de Goodyear et condamne une politique de répression sociale à la solde du Medef.

La réaction de Jean-Luc Mélenchon sur Itélé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *