mur-citoyen

Ceci n’est pas un congrès…

Ceci n’est pas un congrès…

mireille
A gauche, Mireille Brouillet

En effet. Entrons dans la salle de conférence : pas de fauteuils, en rangs serrés pour recevoir les conventionnels et les invités, face à un plateau d’où ceux qui savent pourront prodiguer les leçons et la bonne parole à des auditeurs attentifs… et passifs ; rien de tout ça, mais des tables, une kyrielle de petites tables rondes, chacune d’entre elles devant accueillir 5 à 6 personnes : il n’y a plus qu’à chercher sa place. En circulant à travers la salle, on rencontre bien quelques têtes connues, mais ce n’est pas ce qu’on cherche : on cherche Sa Table, la table qu’on a tirée au sort dans celle des deux grandes coupes, Femmes ou Hommes, qui nous concerne : la parité est respectée sur l’ensemble des participants, elle est également imposée autour des tables. Dans cette errance, on est aidé par des guides munis d’un plan des tables et la salle se remplit en même temps qu’augmente le volume sonore et que les nappes blanches se recouvrent peu à peu, non d’assiettes et de couverts, mais de nos documents de travail.tables-rondesCar, s’il ne s’agit pas ici d’un congrès, ce n’est pas non plus un banquet républicain : c’est une convention, la Convention programmatique de la France Insoumise, et les choses sérieuses vont commencer. Les camarades, qui ont mis en place cette convention et qui en conduisent les travaux, parlent depuis un plateau rond et blanc, comme nos tables, mais bien plus grand et plus haut : on les voit de partout mais on peut aussi les suivre sans se contorsionner grâce aux écrans installés sur tous les murs. On entendra aussi, grâce à ce dispositif, les nombreux témoignages d’insoumis-es, en direct ou en vidéo, intercalés entre les différentes séquences de cet après-midi de travail. Des témoignages de l’urgence démocratique, de l’urgence sociale et de l’urgence écologique qui sont au cœur de notre programme.

Alexis Corbière

Le mot d’accueil d’Alexis Corbière, porte parole de la campagne, donne le ton : nous avons bousculé l’ordre établi et notre campagne sera frontale. Nous avons notre candidat, nous avons maintenant notre programme, un programme que nous avons construit ensemble : à nous de le diffuser, à nous de convaincre nos proches, nos voisins, nos collègues. Et nous ne devons compter que sur nous-mêmes pour le faire valoir. C’est l’implication du peuple qui permettra l’application de notre programme ; les media nationaux, outre qu’ils attaquent Jean-Luc Mélenchon, déforment nos propos.

Charlotte Girard

Charlotte Girard, ensuite, rappelle l’historique de l’élaboration de notre programme : s’appuyant sur notre programme de 2012, « l’Humain d’abord », il a été enrichi de 3000 propositions des Insoumis-es qui ont été classées et synthétisées. Puis, des auditions de personnalités d’horizons divers ont permis d’approfondir certains thèmes. Enfin, des organisations politiques qui souhaitaient nous rejoindre ont apporté leur pierre au travail collectif. Aujourd’hui, nous allons choisir les thèmes et les mesures qui seront mis en valeur pendant la campagne.
Viennent enfin les précisions sur les tâches qui nous attendent pour l’heure qui s’ouvre maintenant ; elles nous sont données par Maxime Laisney : 3 séquences de « cogitation » de 20 mn, chacune comprenant 17 mn d’échanges, entre nous autour de la table, sur nos pratiques militantes et 3 mn pour rédiger, sur une fiche collective, nos propositions pour : a. convaincre le plus grand monde ; b. permettre l’implication de toutes et tous ; 3. avoir 577 candidat-e-s aux législatives. On nous donne le signal du départ de la première séquence et toutes les ruches que constituent nos tablées entrent en bourdonnement…
Quand s’achève la troisième cogitation, Maxime et Charlotte reprendront la parole pour nous proposer une dernière tâche : parmi 60 mesures énumérées sur un document de travail, choisir les 10 qui nous paraissent prioritaires pour la campagne ; nous pourrons voter avec nos Smartphones ou sur des ordinateurs mis à disposition dans la salle d’accueil ; les insoumis-es qui nous suivent en direct par internet peuvent également participer au vote, et le résultat nous sera communiqué le lendemain.
Dimanche matin : fin de la Convention…qui ressemble, cette fois, à une fin de Congrès. En effet, outre les résultats du vote de la veille, nous saluons toutes les personnalités étrangères qui suivent de près et soutiennent la démarche de la France Insoumise. Je me dois de souligner que, parmi ces témoignages, deux ont été particulièrement ovationnés et qu’il s’agit de deux femmes : Zoé la Grecque et Aminata la Malienne… Presqu’autant que Jean-Luc, qui clôt les travaux. Pour ma part, j’envoie un salut et un grand merci aux 250 paires de petites mains bénévoles qui ont apporté tous leurs soins à l’installation et à l’animation du Village militant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *