« Concurrence libre et non faussée » : terrible illustration !

Conséquence indirecte de l’effondrement économique du pays après six ans d’austérité, les jeunes femmes y seraient de plus en plus nombreuses à se prostituer pour à peine 2 euros, selon une étude publiée la semaine dernière à Athènes.

Voici le lien vers un article de Libération, montant à quel degré de misère les politiques européennes réduisent le peuple grec…

Et dire qu’en janvier, les électeurs de Syriza criaient : « Αξιοπρεπεία… Dignité ! »

La réaction de Jean-Luc Mélenchon sur France Info

Jean-Luc Mélenchon a réagi ce matin sur France Info, en vue du deuxième tour des élections régionales.

Vous pouvez l’écouter ici (lien vers France Info)

Elections régionales : Communiqué du PG 10

Le Parti de Gauche remercie  les électrices et les électeurs qui ont témoigné leur confiance au projet qu’ils portaient dans le cadre de la liste Nos Vies d’Abord, et les appelle à confirmer leur rejet frontal des politiques d’austérité, d’où qu’elles viennent, et plus encore de celles de l’extrême-droite, en votant en pleine conscience pour nos valeurs communes de tolérance, de laïcité, de solidarité, d’écologie et de République.

Régionales : la nécessaire transition écologique

NVDA TroyesLors de la dernière réunion publique de la liste Nos vies d’abord à Troyes, Josiane Mayor a abordé la question essentielle de la transition écologique.

Voici le texte de son intervention :

« Je voudrais apporter quelques précisions sur la transition écologique puisqu’elle sous-tend tout notre programme.

Parce que les gaz à effet de serre ont augmenté de 40% depuis 1990, l’objectif, pour notre survie, est de ne pas augmenter la température de plus de 2 degrés jusqu’à 2100.

A l’heure de la Cop 21, la transition énergétique est très à la mode, surtout dans la bouche des plus grands pollueurs de la planète qui sponsorisent cette manifestation.

Pour nous elle n’a de sens que si elle fait partie d’un projet de société et c’est pour ça qu’elle est dans tous les points de notre programme, que ce soit à travers le développement du rail, la relocalisation de l’industrie, le développement des petites structures de agricoles ou le développement des services publics.

La loi Notre qui vise à mettre les territoires en concurrence selon la loi du libre-marché entraînera gaspillage et concurrence, source certaine de pollution. La transition énergétique ne peut se développer dans un système capitaliste dont l’objectif est d’accumuler du capital à n’importe quel prix, sans se soucier ni du salarié ni de l’environnement.

Donc notre projet est le seul qui s’inscrive dans une véritable remise en cause des moyens de production et de la vie collective :

    • nous utiliserons les nouvelles compétences économiques de la Région pour relocaliser l’industrie sur tous les territoires. Et pour ça, nous soutiendrons, par des aides, les salariés qui décideront de reprendre en main leur outil de travail à travers une Scop par ex. , et de produire avec des matières premières locales, pour éviter une circulation inutile, source de gaz à effet de serre. Certaines entreprises, comme l’usine Régnier à Clairvaux ont des difficultés à s’approvisionner en bois parce que celui-ci est vendu directement en Chine pour revenir en produits manufacturés . L’impact écologique est très important, avec des conséquences en matière d’emploi puisque ça crée du chômage technique.

Fralib a montré l’exemple avec la relocalisation des fournitures de matière première comme le tilleul, ce qui a permis de développer l’emploi local. Ils ont choisi la qualité, donc bio. Même chose pour les Pilpa.

Les Scop sont les rares entreprises à n’avoir pas subi la crise ce qui montre bien que cette « crise » n’est qu’un problème de répartition des richesses.

      Dans le même sens, nous avons prévu que les aides de la Région aux entreprises non délocalisables seront conditionnées à la signature d’une charte en matière de respect de l’environnement, des conditions de travail et de l’emploi.

Pour accompagner la nouvelle compétence énergétique de la Région, nous impulserons un plan régional de rénovation de l’habitat afin de réduire la consommation d’énergie. D’ici à 2030, la rénovation énergétique peut créer 700 00 emplois dans la rénovation, au niveau national. Je rappelle que la nouvelle région totalisera environ 310 000 chômeurs.

28% des émission de CO2 provient des transports, en majorité routiers. La Région devra développer les transports publics sur tous les territoires, à travers les Ter, les transports collectifs accessibles à tous dans les grandes agglomérations. Contre le tout-camion, instaurer une écotaxe, qui ne concernera pas les transporteurs locaux et développer le fret et le ferroutage, ainsi que le transport fluvial.

Le prix de l’électricité  dû au nucléaire va considérablement augmenter, à cause de la nécessaire maintenance d’un parc vieillissant. Nous ferons le choix de développer les énergies renouvelables, c’est l’une des raisons pour lesquelles nous refuserons l’enfouissement des déchets à Bure dont la zone est située sur la plus grande nappe géothermique d’Europe.

Et nous accompagnerons la fermeture de la centrale de Fessenheim, qui sera un véritable défi pour la Région : parce qu’il s’agira de reconvertir tous les personnels hautement qualifiés dans une recherche et une industrie porteuse de très nombreux emplois non délocalisables à très long terme (comme le démantèlement des vieilles centrales et la recherche d’énergies renouvelables).

Nous refuserons l’urbanisation excessive, entrainée par la concentration de l’activité économique et des services publics, en ce sens la suppression des services publics de proximité va à l’encontre de la transition énergétique puisque les populations sont obligées de se déplacer sur de longs trajets pour se soigner par exemple. Ce qui entraîne aussi un coût pour la population.

Cette urbanisation entraîne aussi la disparition des terres agricoles. Le Grand contournement de Strasbourg va détruire 300 ha de terres maraîchères et de zones humides. Il faut savoir que l’équivalent d’un département en terres agricoles disparaît en France tous les 7 ans. Ce bétonnage irresponsable est aussi la cause des inondations se plus en plus fréquentes.

De la même manière , nous agirons pour le développement d’une agriculture raisonnée ou bio, seule garantie d’une alimentation de qualité et de traçabilité.

Par ses méthodes de culture, sans intrans (pesticides, engrais azotés…), sans labours profonds, elle préserve les sols et les améliore. Elle agit dans la durée et non dans la rentabilité à court terme. Cette agriculture de proximité protège les cours d’eau et les nappes phréatiques. En France, un rapport de la cour des comptes montre que le coût de la dépollution de l’eau s’élève à 54 milliards d’euros ! Sans parler des problèmes de santé qui plombent la Sécu. Là encore les pollueurs ne sont pas les payeurs !

¼ des émissions de CO2 provient de l’agriculture intensive, par le retournement profond des sols qui libèrent du CO2, les machines et les pesticides.

La plupart de ces petits producteurs ne reçoivent aucune aide de la Pac parce que trop « petits » et ne sont souvent pas indemnisés en cas d’aléas climatiques. La Région devra développer un plan d’aide et de soutien à l’installation d’une agriculture paysanne, en privilégiant les circuits courts, du producteur au consommateur. Dans l’Aube, 4 Amap seulement, 3 Ruche qui dit oui, c’est peu. 0,7% des terres agricoles sont dédiées au bio pour 5% au niveau national.

A travers la compétence sur les lycées, elle favorisera l’approvisionnement des cantines par les producteurs de proximité ( 60% de la viande fournie dans les cantines est d’origine étrangère).

En ce sens, elle ne soutiendra pas les projets d’implantation des fermes-usines qui polluent les sols, est créatrice de CO2 et contribue à la disparition des petits éleveurs, tout en ne créant pas d’emplois puisque tout est automatisé.

La transition écologique ne peut être efficace que dans une société d’égalité des citoyens et des territoires, de redistribution et de contrôle des richesses et pour cela, la Région a besoin d’élus de la liste « Nos vies d’abord » . »

Pourquoi la dette publique française augmente alors que…

 

 

 

les dépenses de l’Etat n’augmentent pas ?

bastamag

Dans Bastamag, un excellent article sur la dette française de Rachel Knaebel

 

Après avoir voté un nouveau budget d’austérité pour 2016, le Parlement est en train de l’amender pour débloquer des centaines de millions d’euros de dépenses supplémentaires pour la sécurité, la justice et l’armée. Mais pour les dépenses d’éducation ou de santé, François Hollande maintient bel et bien sa ligne : réaliser les cinquante milliards d’euros prévus d’économies. En cause : la dette publique française qui représente aujourd’hui plus de 97 % du PIB. Au fait, pourquoi a-t-elle bondi depuis dix ans malgré un budget stable ? Et si on osait enfin poser les bonnes questions : d’où vient cette dette publique ? Pourquoi explose-t-elle depuis trente ans alors que les dépenses stagnent ?

Les réponses dans l’article de Bastamag

 

La CGT ACAL aux élections régionales : Non au FN !

Communiqué de la CGT ACAL
relatif aux élections régionales
des 6 et 13 décembre 2015
Ci-dessous le communiqué de la CGT appelant à voter contre le FN, et à utiliser l’arme que constitue le droit de vote pour défendre la condition des salariés… Bravo, camarades !
« Les salariés Lorrains/Champ-ardennais et Alsaciens subissent de plein fouet des choix patronaux et la politique d’austérité qui l’accompagne. La montée de la précarité et du chômage sont de fait un élément d’appréciation essentiel qui conditionne le choix électoral.Dans ce contexte, le Front National parti d’extrême droite, entend prendre la présidence de la grande région grâce à des idées fausses travesties dans une propagande habile mais malhonnête, en agitant un programme économiquement incohérent, opportuniste, et coloré d’un habillage social qui est une imposture extrêmement dangereuse.Il n’y a rien à attendre au niveau des salariés, privés d’emploi, retraités de ce parti pour de nouvelles conquêtes sociales, la hausse des salaires, une bonne protection sociale, plus d’emplois ! Avec eux ce ne sera que division et non le rassemblement ! Leur gestion de villes comme à Hayange ou leur vote dans les parlements où ils sont élus, comme au parlement européen, prouvent qu’ils ne sont pas du côté des salariés !Son idéologie de toujours repose sur la xénophobie, le racisme et l’exclusion, renommée préférence nationale. Nous en voulons pour exemple que chaque page du document électoral du FN qui circule dans la nouvelle Région fait allusion à « l’immigration » ou à « l’étranger ». Les très nombreux travailleurs français transfrontaliers en Allemagne, Belgique, Luxembourg et Suisse ont du souci à se faire !L’avenir des salarié(e)s serait encore plus lourdement impacté si le FN s’installait dans la Région ACAL. Aussi, la CGT en ACAL invite tous les salariés à se rendre massivement dans les bureaux de vote afin de faire vivre leur droit démocratique d’expression et de montrer leur attachement à la démocratie et la République. »Sabine DUMENILCoordinatrice de la région ACAL

 

Professions de foi… gras !

Oui, c’est facile, mais si comme moi vous avez chantonné Une marchande de foie dans la cour de l’école, ça vous rappellera, j’espère, de bons souvenirs du service public. Mais en la matière, c’est à croire que plus c’est gros, mieux ça passe !

Parce qu’à part cette nostalgie, n’attendez pas grand chose de neuf de nos candidat(e)s à la présidence régionale.

On ne partage pas

Il y en a qui assument bien : Monsieur Masseret, du Parti « Socialiste » (1) et Monsieur Philippot, ( du FN  au cas où vous ne passez pas votre journée devant BFMtv.. .ou la 2) ! Un beau grand « Je » tout au long du texte…  Remarque, ça permet à Jean-Pierre Masseret de tellement ignorer ses collègues candidats qu’il peut croire assez stupidement qu’il a des communistes parmi eux !

Bon, le FN, c’est le pompon ! Remarquez, on s’y attendait… Mais une baudruche pareille… à croire (à espérer) qu’elle se dégonfle au premier accroc ! Une profession de foi dans laquelle n’est mentionnée qu’un candidat (et sa suzeraine en bas de page… ah l’amour courtois !), une escalade de je, et un art parfait des propositions rédigées de telle manière que ça n’engage à rien. Un exemple : « geler le niveau des taxes régionales  » Ah bon ! la Région a le droit de lever des impôts maintenant ?… Première nouvelle… Une autre : « Instaurer une politique de tolérance zéro et créer une police régionale des transports »… La politique de tolérance zéro, je me trompe, ou c’est une attribution régalienne de l’état… Que va-t-il lui rester, à la suzeraine, pour la campagne de 2017 ?

Quant à créer une police régionale… Oui, mais attention … « En luttant contre les gaspillages et en faisant de vraies économies de fonctionnement ! » et sans remettre une seule fois en cause la baisse des dotations de l’état … des fois que la suzeraine aurait installé son grand argentier à la cour de l’Elysée dans quelques années…

Donc, vous l’avez compris, pour une fois, le FN vous donne un conseil avisé : si vous voulez que l’on ne dépense pas l’argent de vos impôts régionaux à n’importe quoi car le FN ne vous en donnera pas une miette sur ce que vous aurez versé au niveau national, ne votez pas pour le FN

Ça serait une bonne nouvelle s’il n’y avait pas les petits camarades de Debout le France. Comme le FN, ces fins connaisseurs de nos banlieues, dont on se demande s’ils ont mis un jour les pieds ailleurs que dans une institution privée de centre-ville, nous proposent (toujours en faisant des économies) de sécuriser les abords des lycées et de financer la vidéo-protection des communes qui le demandent. A quelques  milliers d’euros l’unité… pourquoi pas ? Vu qu’aucun de ces deux candidats sécuritaires ne regrette la suppression de plusieurs milliers d’emploi dans les services de police au nom de la RGPP de Sarkozy ou du Pacte de Compétitivité de Hollande… Et bien sûr, rien sur le déficit d’encadrement dans les établissements scolaires…

Debout la France… celle qui se rappelle du de Gaulle de la chientlit, et oublie celui du CNR et de Jean Moulin !

Quand on a lu ça, on a déjà bien souffert…  Mais ce n’est pas fini… Dans ce grand élan de solidarité qui souffle dans la conception de cette grande région, voici Unser Land, le Parti Mosellan… et l’Alliance écologique indépendante… Comme s’il fallait une fois de plus enfoncer le clou qu’il n’y a pas d’identité champenoise, et que tant qu’à avoir été disputée entre comtes de Champagne et de Bourgogne, notre ancienne région pouvait continuer à être l’arrière cour de prétentions territoriales entre Paris qui en fait sa banlieue et Strasbourg qui en fait ses marches… Après tout on pourrait envisager de se remettre aux foires, de vendre du beau drap à ces messieurs des Flandres, et déléguer deux trois chapelains pour castrer les Abelard à venir de la révolution citoyenne qui pourraient s’agiter à Paris…

Bon, si on arrête les élucubrations, un constat : pour parler de la Champagne-Ardenne, deux trois mots sur la santé, sur les circuits courts, sur la désertification… Rien de spécifique !

Maintenant, rassurons ces rédacteurs : contrairement à ce qu’ils disent, tous les partis politiques n’ont pas abandonné les citoyen(ne)s victimes des politiques de précarité. Le Front de Gauche, et la liste Nos Vies d’Abord, a bien l’intention de continuer les luttes dans les usines, auprès des agriculteurs, pour les services publics et contre les atteintes à l’environnement… Bon, nous, on ne fait pas qu’en parler dans la profession de foi, on fait ça tous les jours… Chiche, vous nous aidez pour Bure ou le Technicentre ?

Bon, la profession de la droite.. (La vraie, en bleu horizon) Je passe vite, mais quand même ! Oser, quand on est promoteurs depuis le début des grandes régions, fascinés que l’on est par le modèle ordo-libéral allemand, prétendre que voter pour Richert, c’est « la garantie que demain votre département ne sera pas oublié », c’est quoi ? de l’incohérence ? de la bêtise ? ou cet art de la communication sciemment erronée, si utile pour noyer nos concitoyens dans l’abstention?

Bon, enfin, tout ça, c’est la droite … Occupons-nous de nos affaires, du despotisme éclairé façon PS (ah les ors de la place Stanislas, monsieur Masseret) aux élans d’amour terrestre d’EELV…

Monsieur Masseret ne veut pas nous faire de promesses longues comme le bras, ni jouer les pères Noël avant l’heure … Eh bien ça tombe bien, on n’en veut pas du Père Noël, ni des promesses d’ailleurs, on a eu notre lot en 2012…  On veut une région collectivement gérée pour et par ses habitants, et non d’un comité d’experts autoproclamés, partisans d’un réalisme qui ne cache que leur frilosité économique et leur manque d’ambition sociétale .

« Producteurs sauvons nous nous mêmes… » peut-être pas autant de talent que Souchon, mais quelles paroles !

Car EELV… Ben, j’aurais pas trop de choses à dire ! C’est bien pour ça que je suis en colère … Y a bien Alain Souchon qui chantonne en bas de page sur « les fleurs, les vaches, tout le monde les aime ! » Il est moins sexy, mais Sartre écrivait très justement dans Les mots : « Quand on aime trop les animaux, on les aime contre les hommes. » Et nous, c’est l’humain d’abord…

Alors, franchement, quand on lit le programme, et qu’on cherche bien, il y a des différences : service régional  contre service  national de l’énergie, peut-être un soutien plus marqué à l’apprentissage chez EELV… Je viens de relire, car je me disais « C’est pas possible, t’en as oublié ? » Eh ben non, le reste, allez-y, et trouvez une seule bonne raison à ce qu’il n’y ait pas eu d’accord des gauches anti-austéritaires à l’occasion de ces élections, afin de rendre crédible l’idée du changement dans notre région…

Ce n’est pas une occasion manquée, c’est un gaspillage imbécile…

C’est sans doute la première leçon qu’en tireront tou(te)s les militant(e)s impliquées dans ces élections : la nécessaire construction de l’unité, au-delà de quelques egos et narcissimes partidaires (euh, ceux des autres comme les nôtres), pour enfin renouer avec le succès et le changement… qui risque donc encore d’être pour demain…

Michel Bach

(1) Je vais faire comme Sébastien Fontenelle, dans ses Chroniques sur Politis : des guillements chaque fois que l’emploi d’usage du mot interfère un peu incongrument (!) avec sa signification première !

Moi président(e) ?

Blog-PG10--Aff-reg

Et dire qu’il y a des naïfs pour croire que les élections visent à élire une représentation plurielle de 169 conseillers…

Nos candidat(e)s ont bien compris que ce n’était pas là l’ambition à afficher (à moins que les belles images soient plus révélatrices que les belles paroles).

Pour nous, au PG 10, nous sommes bien contents de faire partie d’un rassemblement qui s’affiche à plusieurs, et pas dans la campagne aseptisée que semblent adorer ceux qui n’ont sans doute jamais rencontré la misère industrielle, les friches abandonnées, les territoires à l’abandon qu’entraînent les politiques d’austérité qu’ils soutiennent.

Alors allons-y… Moi président… et donc un seul personnage sur l’affiche (ou alors un mentor ranci du gaullisme rénové, ou un petit baronnet régional à venir)…

Mais dans la plupart des cas, un homme … ou une femme seule… Pas besoin de colt, ils vous regardent droit dans les yeux !

Le plus navrant, c’est les affiches vertes… Il y en a deux !

PhilippotBelier

 

 

 

 

Bon, soyons justes, le FN est au centre, quand la candidate d’EELV se cache discrètement sur le bord droit de l’affiche…

Mais à part ça, rassurez-vous, ils portent tous deux les mêmes uniformes de l’oligarchie de la cinquième République.

Les ors du futur palais régional à Strasbourg…

En fin de compte, ce n’est qu’en groupe, collectivement, en reprenant nous-mêmes nos affaires en main que nous gagnerons.

Voter pour Nos vies d’abord, c’est voter pour un rassemblement qui s’affiche comme tel… C’est un premier pas vers la 6ème République, pour en finir avec tous les présidentialismes…

PS : Et si ça rend encore plus furieux que le rassemblement de la gauche anti-libérale toute entière ait été rendu impossible à cause de si médiocres ambitions personnelles, force est de saluer la lucidité politique des six députés qui se sont opposés à l’état d’urgence.

Et, à constater qu’ils n’étaient pas du Front de Gauche, on comprend pourquoi la tâche essentielle est de maintenant construire l’implication citoyenne qui permettra d’éviter de telles erreurs.

Plus que de divisions au service d’écuries, c’est d’unité dont le peuple a besoin.

Le PG de l’Aube espère que l’occasion d’unité et de rassemblement des Régionales est la dernière que nous n’aurons pas su saisir.

130 chefs d’état et moi et moi et moi…

Ci-dessous le texte de Rachid R., sur l’arrestation hier à Paris du fils d’une camarade CGT de Chaumont, qui manifestait le 29 novembre à Paris pour les libertés publiques et contre les réchauffeurs de planète ! Toute notre solidarité à nos voisins de lieu, de coeur et d’idées !

Aujourd’hui, dans un Paris interdit à tout (de Bastille à Nation, en apnée s’il vous plaît), si c’était une grève on dirait dans Paris pris en otage, François Hollande reçoit 130 chefs d’état et quelques dizaines de milliers de personnes triées sur le volet. Tout le monde sait que la COP 21 sera un non événement car le réchauffement climatique, quoiqu’en clament les lèche-bottes ou les cireurs de godasses -nuance-, n’a jamais été la préoccupation du G7, du G8 ni du G20, pas plus que de l’Europe des marchands et des banquiers ou des fauteurs de guerre.
Une simple information. Dans ces 130 “chefs” d’état, on note la présence lumineuse de sa sérénissime altesse Salmane ben Abdelaziz, roi d’Arabie Saoudite et de Tamin ben Hamad Al Thani, émir du Qatar. Deux grands démocrates qui achètent avions et armes à notre beau pays et à Dassault accessoirement, coupent quelques têtes chez eux, en tout bien tout honneur et apportent en toute discrétion aide et assistance aux terroristes de Daech.
Bienvenue mes amis, mes saigneurs, dans Paris, Paris outragée, Paris martyrisée, mais Paris…
Rachid R.
30 novembre 2015

Etat d’urgence : dérapage et inquiétudes

Emprunté à : http://etatdurgence.blogspot.fr/
Emprunté à : http://etatdurgence.blogspot.fr/

Deux articles qui montrent bien que l’état d’urgence, employé de plus par un gouvernement qui n’a que l’alternative sécuritaire en tête pour cacher les conséquences catastrophiques de sa politique sociale, économique et étrangère…

Sur Bastamag : Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

Sur Nextinpact : État d’urgence : la France va déroger à la Convention européenne des droits de l’homme

"Il faut choisir : se reposer ou être libre" (Thucydide, par Castoriadis)