Tous les articles par PG10

Professions de foi… gras !

Oui, c’est facile, mais si comme moi vous avez chantonné Une marchande de foie dans la cour de l’école, ça vous rappellera, j’espère, de bons souvenirs du service public. Mais en la matière, c’est à croire que plus c’est gros, mieux ça passe !

Parce qu’à part cette nostalgie, n’attendez pas grand chose de neuf de nos candidat(e)s à la présidence régionale.

On ne partage pas

Il y en a qui assument bien : Monsieur Masseret, du Parti « Socialiste » (1) et Monsieur Philippot, ( du FN  au cas où vous ne passez pas votre journée devant BFMtv.. .ou la 2) ! Un beau grand « Je » tout au long du texte…  Remarque, ça permet à Jean-Pierre Masseret de tellement ignorer ses collègues candidats qu’il peut croire assez stupidement qu’il a des communistes parmi eux !

Bon, le FN, c’est le pompon ! Remarquez, on s’y attendait… Mais une baudruche pareille… à croire (à espérer) qu’elle se dégonfle au premier accroc ! Une profession de foi dans laquelle n’est mentionnée qu’un candidat (et sa suzeraine en bas de page… ah l’amour courtois !), une escalade de je, et un art parfait des propositions rédigées de telle manière que ça n’engage à rien. Un exemple : « geler le niveau des taxes régionales  » Ah bon ! la Région a le droit de lever des impôts maintenant ?… Première nouvelle… Une autre : « Instaurer une politique de tolérance zéro et créer une police régionale des transports »… La politique de tolérance zéro, je me trompe, ou c’est une attribution régalienne de l’état… Que va-t-il lui rester, à la suzeraine, pour la campagne de 2017 ?

Quant à créer une police régionale… Oui, mais attention … « En luttant contre les gaspillages et en faisant de vraies économies de fonctionnement ! » et sans remettre une seule fois en cause la baisse des dotations de l’état … des fois que la suzeraine aurait installé son grand argentier à la cour de l’Elysée dans quelques années…

Donc, vous l’avez compris, pour une fois, le FN vous donne un conseil avisé : si vous voulez que l’on ne dépense pas l’argent de vos impôts régionaux à n’importe quoi car le FN ne vous en donnera pas une miette sur ce que vous aurez versé au niveau national, ne votez pas pour le FN

Ça serait une bonne nouvelle s’il n’y avait pas les petits camarades de Debout le France. Comme le FN, ces fins connaisseurs de nos banlieues, dont on se demande s’ils ont mis un jour les pieds ailleurs que dans une institution privée de centre-ville, nous proposent (toujours en faisant des économies) de sécuriser les abords des lycées et de financer la vidéo-protection des communes qui le demandent. A quelques  milliers d’euros l’unité… pourquoi pas ? Vu qu’aucun de ces deux candidats sécuritaires ne regrette la suppression de plusieurs milliers d’emploi dans les services de police au nom de la RGPP de Sarkozy ou du Pacte de Compétitivité de Hollande… Et bien sûr, rien sur le déficit d’encadrement dans les établissements scolaires…

Debout la France… celle qui se rappelle du de Gaulle de la chientlit, et oublie celui du CNR et de Jean Moulin !

Quand on a lu ça, on a déjà bien souffert…  Mais ce n’est pas fini… Dans ce grand élan de solidarité qui souffle dans la conception de cette grande région, voici Unser Land, le Parti Mosellan… et l’Alliance écologique indépendante… Comme s’il fallait une fois de plus enfoncer le clou qu’il n’y a pas d’identité champenoise, et que tant qu’à avoir été disputée entre comtes de Champagne et de Bourgogne, notre ancienne région pouvait continuer à être l’arrière cour de prétentions territoriales entre Paris qui en fait sa banlieue et Strasbourg qui en fait ses marches… Après tout on pourrait envisager de se remettre aux foires, de vendre du beau drap à ces messieurs des Flandres, et déléguer deux trois chapelains pour castrer les Abelard à venir de la révolution citoyenne qui pourraient s’agiter à Paris…

Bon, si on arrête les élucubrations, un constat : pour parler de la Champagne-Ardenne, deux trois mots sur la santé, sur les circuits courts, sur la désertification… Rien de spécifique !

Maintenant, rassurons ces rédacteurs : contrairement à ce qu’ils disent, tous les partis politiques n’ont pas abandonné les citoyen(ne)s victimes des politiques de précarité. Le Front de Gauche, et la liste Nos Vies d’Abord, a bien l’intention de continuer les luttes dans les usines, auprès des agriculteurs, pour les services publics et contre les atteintes à l’environnement… Bon, nous, on ne fait pas qu’en parler dans la profession de foi, on fait ça tous les jours… Chiche, vous nous aidez pour Bure ou le Technicentre ?

Bon, la profession de la droite.. (La vraie, en bleu horizon) Je passe vite, mais quand même ! Oser, quand on est promoteurs depuis le début des grandes régions, fascinés que l’on est par le modèle ordo-libéral allemand, prétendre que voter pour Richert, c’est « la garantie que demain votre département ne sera pas oublié », c’est quoi ? de l’incohérence ? de la bêtise ? ou cet art de la communication sciemment erronée, si utile pour noyer nos concitoyens dans l’abstention?

Bon, enfin, tout ça, c’est la droite … Occupons-nous de nos affaires, du despotisme éclairé façon PS (ah les ors de la place Stanislas, monsieur Masseret) aux élans d’amour terrestre d’EELV…

Monsieur Masseret ne veut pas nous faire de promesses longues comme le bras, ni jouer les pères Noël avant l’heure … Eh bien ça tombe bien, on n’en veut pas du Père Noël, ni des promesses d’ailleurs, on a eu notre lot en 2012…  On veut une région collectivement gérée pour et par ses habitants, et non d’un comité d’experts autoproclamés, partisans d’un réalisme qui ne cache que leur frilosité économique et leur manque d’ambition sociétale .

« Producteurs sauvons nous nous mêmes… » peut-être pas autant de talent que Souchon, mais quelles paroles !

Car EELV… Ben, j’aurais pas trop de choses à dire ! C’est bien pour ça que je suis en colère … Y a bien Alain Souchon qui chantonne en bas de page sur « les fleurs, les vaches, tout le monde les aime ! » Il est moins sexy, mais Sartre écrivait très justement dans Les mots : « Quand on aime trop les animaux, on les aime contre les hommes. » Et nous, c’est l’humain d’abord…

Alors, franchement, quand on lit le programme, et qu’on cherche bien, il y a des différences : service régional  contre service  national de l’énergie, peut-être un soutien plus marqué à l’apprentissage chez EELV… Je viens de relire, car je me disais « C’est pas possible, t’en as oublié ? » Eh ben non, le reste, allez-y, et trouvez une seule bonne raison à ce qu’il n’y ait pas eu d’accord des gauches anti-austéritaires à l’occasion de ces élections, afin de rendre crédible l’idée du changement dans notre région…

Ce n’est pas une occasion manquée, c’est un gaspillage imbécile…

C’est sans doute la première leçon qu’en tireront tou(te)s les militant(e)s impliquées dans ces élections : la nécessaire construction de l’unité, au-delà de quelques egos et narcissimes partidaires (euh, ceux des autres comme les nôtres), pour enfin renouer avec le succès et le changement… qui risque donc encore d’être pour demain…

Michel Bach

(1) Je vais faire comme Sébastien Fontenelle, dans ses Chroniques sur Politis : des guillements chaque fois que l’emploi d’usage du mot interfère un peu incongrument (!) avec sa signification première !

Moi président(e) ?

Blog-PG10--Aff-reg

Et dire qu’il y a des naïfs pour croire que les élections visent à élire une représentation plurielle de 169 conseillers…

Nos candidat(e)s ont bien compris que ce n’était pas là l’ambition à afficher (à moins que les belles images soient plus révélatrices que les belles paroles).

Pour nous, au PG 10, nous sommes bien contents de faire partie d’un rassemblement qui s’affiche à plusieurs, et pas dans la campagne aseptisée que semblent adorer ceux qui n’ont sans doute jamais rencontré la misère industrielle, les friches abandonnées, les territoires à l’abandon qu’entraînent les politiques d’austérité qu’ils soutiennent.

Alors allons-y… Moi président… et donc un seul personnage sur l’affiche (ou alors un mentor ranci du gaullisme rénové, ou un petit baronnet régional à venir)…

Mais dans la plupart des cas, un homme … ou une femme seule… Pas besoin de colt, ils vous regardent droit dans les yeux !

Le plus navrant, c’est les affiches vertes… Il y en a deux !

PhilippotBelier

 

 

 

 

Bon, soyons justes, le FN est au centre, quand la candidate d’EELV se cache discrètement sur le bord droit de l’affiche…

Mais à part ça, rassurez-vous, ils portent tous deux les mêmes uniformes de l’oligarchie de la cinquième République.

Les ors du futur palais régional à Strasbourg…

En fin de compte, ce n’est qu’en groupe, collectivement, en reprenant nous-mêmes nos affaires en main que nous gagnerons.

Voter pour Nos vies d’abord, c’est voter pour un rassemblement qui s’affiche comme tel… C’est un premier pas vers la 6ème République, pour en finir avec tous les présidentialismes…

PS : Et si ça rend encore plus furieux que le rassemblement de la gauche anti-libérale toute entière ait été rendu impossible à cause de si médiocres ambitions personnelles, force est de saluer la lucidité politique des six députés qui se sont opposés à l’état d’urgence.

Et, à constater qu’ils n’étaient pas du Front de Gauche, on comprend pourquoi la tâche essentielle est de maintenant construire l’implication citoyenne qui permettra d’éviter de telles erreurs.

Plus que de divisions au service d’écuries, c’est d’unité dont le peuple a besoin.

Le PG de l’Aube espère que l’occasion d’unité et de rassemblement des Régionales est la dernière que nous n’aurons pas su saisir.

130 chefs d’état et moi et moi et moi…

Ci-dessous le texte de Rachid R., sur l’arrestation hier à Paris du fils d’une camarade CGT de Chaumont, qui manifestait le 29 novembre à Paris pour les libertés publiques et contre les réchauffeurs de planète ! Toute notre solidarité à nos voisins de lieu, de coeur et d’idées !

Aujourd’hui, dans un Paris interdit à tout (de Bastille à Nation, en apnée s’il vous plaît), si c’était une grève on dirait dans Paris pris en otage, François Hollande reçoit 130 chefs d’état et quelques dizaines de milliers de personnes triées sur le volet. Tout le monde sait que la COP 21 sera un non événement car le réchauffement climatique, quoiqu’en clament les lèche-bottes ou les cireurs de godasses -nuance-, n’a jamais été la préoccupation du G7, du G8 ni du G20, pas plus que de l’Europe des marchands et des banquiers ou des fauteurs de guerre.
Une simple information. Dans ces 130 “chefs” d’état, on note la présence lumineuse de sa sérénissime altesse Salmane ben Abdelaziz, roi d’Arabie Saoudite et de Tamin ben Hamad Al Thani, émir du Qatar. Deux grands démocrates qui achètent avions et armes à notre beau pays et à Dassault accessoirement, coupent quelques têtes chez eux, en tout bien tout honneur et apportent en toute discrétion aide et assistance aux terroristes de Daech.
Bienvenue mes amis, mes saigneurs, dans Paris, Paris outragée, Paris martyrisée, mais Paris…
Rachid R.
30 novembre 2015

Etat d’urgence : dérapage et inquiétudes

Emprunté à : http://etatdurgence.blogspot.fr/
Emprunté à : http://etatdurgence.blogspot.fr/

Deux articles qui montrent bien que l’état d’urgence, employé de plus par un gouvernement qui n’a que l’alternative sécuritaire en tête pour cacher les conséquences catastrophiques de sa politique sociale, économique et étrangère…

Sur Bastamag : Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

Sur Nextinpact : État d’urgence : la France va déroger à la Convention européenne des droits de l’homme

L’ACAL … 22 % de dettes en plus pour les Champardennais !

dexia-maiVoilà un article fort intéressant, que nous empruntons à L’Alterpresse68, sur les qualités de gestionnaire du candidat de droite à la présidence de la grande région ! Lisez jusqu’au bout … et diffusez l’information… Comme quoi, voter à gauche, la vraie, c’est la seule attitude raisonnable en face de la gabegie néo-libérale.

Vous y apprendrez que cette Alsace dont on nous vante la sobriété est la cinquième région la plus endettée de France, qu’avec la Lorraine elle croule sous les emprunts toxiques? Lisez l’article !

Votre endettement, dans l’Aube, passera de 331 € à 403 €, sans contrepartie aucune… Comment et pourquoi ? Lisez l’article !

Une idée de l’audace de  notre « futur président (?) ». Il engage dans la dernière commission permanente, sans consultation des élus, un montant de 1 milliard d’euros de dépenses… Vous avez bien lu !

Lisez donc l’article !

Contre la mort et la haine, « nos vies d’abord! »

Nom de liste prémonitoire de la réplique tranquille et résolue que le mouvement citoyen doit apporter aux sbires des nouveaux fascismes? Peut-être… Sans doute même !

Mais plus que jamais, l’heure est à la mobilisation contre les va-t-en guerre irresponsables et les porteurs de haine…

C’est pour cela que notre projet, c’est de bâtir une Région solidaire…

Cliquez sur les images ci-dessous pour télécharger le matériel électoral

A5_verso-liste
La liste départementale
REG_4Pe.
Le tract régional
Programme NVDA-3
Le programme du rassemblement

La sécurité collective a besoin de notre liberté individuelle.

jean-luc-melenchon_0Je m’exprime brièvement par nécessité. Les heures passées ont été si terriblement occupées et si chargées de bouleversements de tous ordres ! Elles le sont encore ! Ces moments d’Histoire marquent des milliers de consciences qui, parfois, s’éveillent seulement à la compréhension de l’importance de la politique dans la vie des peuples. Selon la vieille formule : si tu ne t’occupes pas de politique, la politique, elle, s’occupe de toi. Ne nous contentons pas d’analyser les erreurs sans fin des dirigeants politiques qui nous ont amenés à cette situation. Faisons aussi le point sur nous-mêmes. Je veux dire sur tous ceux qui ont laissé se prendre des décisions contraires à l’intérêt de notre pays pendant aussi longtemps sans dire un mot et sans sanctionner aucun responsable les jours de vote.
Demandez-vous : « étais-je de ceux pour qui peu importait que l’on décide sans mandat international, et sans vote de l’Assemblée nationale d’aller bombarder des gens dans un pays lointain ? » Avez-vous méprisé ou rabroué ceux qui vous mettaient en garde ? Avez-vous participé au concert de ceux qui accablaient grossièrement les lanceurs d’alerte en les assimilant à des agents de l’ennemi ? L’horrible nuit du 13 novembre vous aura appris que la guerre n’est pas un jeu vidéo mais un acte politique dont l’onde de choc finit toujours par atteindre tous ceux qui y participent. Décider une guerre est une question sérieuse. Il ne faut pas l’abandonner à un seul homme. Les formes prévues pour en décider ne sont pas un embarras, un ralentissement insupportable de l’action qui porte préjudice à son efficacité. C’est au contraire une garantie que nous nous donnons pour agir à bon escient et en se préparant à assumer les conséquences de nos actes. La liberté de pensée, de parole et de décision des représentants du peuple est une garantie pour notre sécurité.
À présent les mêmes trouvent peut-être sans importance que le Président dise que nous sommes en guerre sans nous dire où et contre qui et sans respecter les formes prévues par la Constitution pour le faire (article 35). Et pour eux, peu importerait peut-être aussi que l’état d’urgence soit prolongé de trois mois sans qu’il soit dit une seule fois pour quel bénéfice attendu dans l’action et sans tenir aucun compte des inconvénients que cette situation comporte également et en plus grande proportion. Et sans doute tiennent-ils pour un détail qu’il soit plus que douteux de modifier la Constitution alors que l’état d’urgence a été proclamé.
Pour les indifférents d’avant le jour d’horreur, toutes questions sont des bavardages, des « postures », et peut-être même qu’à cette heure, ils ne font toujours pas le lien entre tout cela et ce que nous sommes en train de vivre. Et sans doute ne font-ils pas davantage le lien entre ce qui est en train de se décider à l’initiative du président de la République et les conséquences qu’il faudra en assumer. Peut-être acceptent-ils aussi sans état d’âme de croire, puisqu’on le leur répète, que sacrifier un peu de liberté individuelle n’est rien si l’on augmente par ce moyen la sécurité collective. Et sans doute s’agacent-ils déjà qu’on ose dire qu’il n’en est rien et que cela n’a jamais produit autre chose que de nouveaux désastres politiques là où on l’a appliqué.
Peut-être aussi sont-ils, comme nous-mêmes, chaudement partisans de la trêve des polémiques en période de deuil national. Mais ont-ils compris que le premier à la rompre soit le chef de l’État ? Car c’est bien ce qu’il vient de faire solennellement devant le Congrès du Parlement à Versailles en lançant un projet de réforme constitutionnelle. Toucher à la Constitution, c’est évidemment toucher au cœur de tous les débats politiques et les allumer tous en même temps. En commençant par la première des questions que cela pose : après avoir modifié plus de vingt fois ce texte à la cadence d’une réforme par an au cours des dix dernières années sans en passer par le peuple, faut-il persister dans cette méthode ? En tout cas, les partisans que nous sommes d’une Assemblée constituante sont placés dans l’obligation de protester.
Car c’est une nouvelle mise à l’écart de toutes les questions que nous avons soulevées sur ce que doit être le travail de constituants et de toutes les questions que nous souhaitons voir entrer dans le texte fondamental. Il faudrait mettre de côté cette question pourtant si décisive ? Admettons. Mais comment accepter que des sujets aussi polémiques, par exemple, que la déchéance de la nationalité et quelques autres directement empruntées à l’extrême droite et que combattait hier toute la gauche et même une partie de la droite soient désormais pris en charge sans autre explication par le président ? Puisque nous n’avons pas changé d’avis en même temps que les mots changeaient de bouche, ne sommes-nous pas contraints de notre côté de répéter avec la même passion nos arguments contre une telle fausse bonne idée dont la dangerosité a été mille fois démontrée ?
Est-ce de la désinvolture, de l’inconscience ou bien un calcul cynique de lancer ces débats en plein deuil national, les morts n’étant pas encore enterrés, et sous le régime de l’état d’urgence ? Serait-ce encore un excès de formalisme de s’en soucier ? Je veux dire combien nous nous sentons abusés de voir qu’à la bonne volonté et à la pondération des propos, à l’amnistie provisoire que nous avons prononcée sur les responsabilités de la situation, il soit répondu à la faveur d’une circonstance solennelle par une aussi grossière nouvelle transgression des lignes de fond de la famille progressiste en France. Comment supporter que François Hollande inflige une telle défaite sans combat à la doctrine républicaine de cette famille ? Cette situation qui devrait si vigoureusement renforcer nos principes et nos valeurs se dénoue par une nouvelle victoire idéologique de nos pires adversaires ! Sans aucun gain prévisible ni sur le plan sécuritaire ni sur le plan électoral.
Échanger de la liberté contre une amélioration de la sécurité est le pari que firent les auteurs du « Patriot Act » aux États-Unis. De cette expérience, les observateurs savent désormais que si la réduction des libertés a été payée comptant, les gains de sécurité n’ont pas été le résultat des moyens nouveaux. La cause du « terrorisme », ce sont les guerres régionales dans lesquelles nos pays ont les bras enfoncés jusqu’aux épaules. La riposte aux attaques est donc nécessairement sur deux fronts : l’un pour faire cesser la guerre, l’autre pour garantir la cohésion de notre pays, c’est-à-dire l’unité de son peuple et fermer ainsi aux agresseurs le chemin de passage qui sans cela s’ouvrirait pour eux.
Sur le terrain de la guerre, heureusement, les Russes ont fait ce qu’il fallait pour que les Américains n’aient d’autres choix que de se rendre à la raison et d’accepter, en l’absence de la France et sans la consulter, de constituer une seule coalition sous mandat de l’ONU avec l’objectif d’organiser des élections sans le préalable paralysant du départ de El Assad. François Hollande a immédiatement obtempéré et annoncé son ralliement dans des termes qui sont exactement l’inverse de sa déclaration à la tribune de l’ONU. On peut donc considérer que les choses avancent en ce qui concerne l’approche de la fin de la guerre en Syrie. Même si cela ne règle pas tout ce qui est nécessaire pour qu’elle s’arrête aussi en Irak d’où viennent l’argent et le matériel de guerre.
Mais pour ce qui est du front de la lutte contre les attentats dans nos frontières il en va tout autrement. Le soudain appétit de François Hollande pour les mesures du Front national et la mise en scène d’un « super état d’urgence » permanent, cette volteface opérée, rédigée et prononcée entre vendredi à une heure du matin et lundi à seize heures sentent l’improvisation, le coup de com’. et l’astuce politicienne davantage qu’une pensée construite et argumentée, soucieuse d’efficacité concrète. A notre tour, nous allons devoir lutter sur deux fronts : contribuer à l’unité de notre peuple et affronter les bouffées sécuritaires. C’est un chemin de crête que le nôtre. Mais notre devoir de long terme est de rester ceux qui affirment que la sécurité collective est plus forte quand les libertés fondamentales de chacun sont garanties.

Patrick Peron dans l’Aube

Patrick Peron, chef de file de la liste Nos vies d’abord a passé la journée du 20 octobre à lancer la campagne auboise des élections régionales.

Il a pour cela sillonné le département, depuis Bar sur Aube jusqu’à Romilly en passant par Troyes et le pays d’Othe, pour écouter et analyser les problèmes de l’économie auboise sous toutes ses formes (entreprises délocalisées comme Petitjean, bassins d’emploi sinistrés dans l’est du département, casse du service public à Romilly, difficulté des petites entreprises artisanales dans le pays d’Othe).

Ci-dessous, en vidéos, quelques épisodes de ce voyage… Les autres épisodes finiront bien par venir !!!

Patrick Peron reviendra dans l’Aube le vendredi 27 novembre !

La dette grecque est illégitime

T
      auditcitoyenvign Le Collectif citoyen pour un audit de la dette publique vient de faire paraître un rapport accablant sur l’illégitimité de la dette grecque.

Grèce-Charb

          Ce «petit guide contre les bobards médiatiques» sera précieux à toutes celles et tous ceux qui veulent apporter leur aide au peuple grec, en lutte contre les politiques libérales, en relayant une information vraie auprès de la population.

    En voici l’introduction :

        «Malgré l’ingérence et la pression des dirigeants de l’Union Européenne, le peuple grec a décidé de prendre courageusement son destin en main et d’en finir avec les politiques d’austérité qui ont plongé le pays dans la misère et la récession. Dans les pays victimes de  la Troïka, mais aussi  dans de nombreux autres pays européens, cette victoire est perçue comme un formidable encouragement à lutter pour mettre un terme à des politiques profitables aux marchés financiers et désastreuses pour les populations.

                Mais déjà les grands médias relaient l’idée absurde selon laquelle l’annulation de la dette grecque « coûterait 600 euros à chaque contribuable français ». À mesure que les négociations vont se durcir entre la Grèce et la Troïka, la propagande va s’intensifier et notre travail d’éducation populaire sur la question de la dette publique va devenir de plus en plus décisif. Ces réponses aux idées reçues sur la dette grecque ont vocation à y contribuer.»

Télécharger le guide du CAC sur la dette de la Grèce

 

Brandir le soleil au-dessus de la Grèce…

syriza
« En avant, aidez à brandir le soleil au dessus de la Grèce ».

C’est par ce vers d’Angelos Sikelianos qu’Alexis Tsipras a conclu son discours place de la Constitution, pour saluer la victoire historique de Syriza.

Mais le poète ajoute : « En avant, aidez à arracher le soleil à la boue ».

Et il est vrai que si la victoire de Syriza a un retentissement international, elle nous impose à tous un devoir inextinguible de solidarité dans la lutte contre les oligarchies libérales et les récupérateurs de tout poil.

A nous alors de dénoncer la propagande mensongère sur la dette, à montrer le sérieux du programme de Syriza, à souligner sa volonté farouche, malgré une opinion parfois réticente car éprouvée par la misère, de stigmatiser les étrangers (n’en déplaise aux odieux compliments de circonstances des Lepen et consorts !)..

Brochure Syriza couverture
Télécharger la brochure du Parti de Gauche (clic sur l’image)

La marche de l’esprit (Τό πνευματικό εμβατήριο) est un poème d’Angelos Sikelianos mis en musique par Mikis Theodoralis.

Vous pouvez en lire l’intégralité de la traduction ici.

La cinquième partie a servi depuis la Résistance de chant de ralliement des forces progressistes.

En avant! Aidez-nous à soulever le soleil au-dessus de la Grèce !
En avant ! Aidez-nous à soulever le soleil au-dessus du monde !
Car voyez : sa roue s’est embourbée au plus profond,
son axe a sombré au plus profond du sang.
En avant les amis! A lui seul le soleil ne peut se lever.
Donnez de l’épaule et du genou pour le tirer de la boue,
donnez du genou et de l’épaule pour le tirer du sang.
Voyez : nous, ses frères de sang, nous appuyons sur lui.
En avant, frères, voici que son feu nous a cernés,
en avant, en avant, voici que sa flamme nous a enveloppés.

Ecoutez cet extrait